De Bordeaux à Villeneuve Loubet - 2015

Compte Rendu:  Bordeaux – Villeneuve Loubet 2015


Dimanche 31 Mai : 7h 30 à Villeneuve. départ pour Bordeaux du minibus avec 10 vélos et Jean-Claude, Claude, Ghislaine, Viviane et moi. Les 7 autres cyclos prennent le train à Antibes à 10h45. On se retrouve tous à l’ hôtel Ibis à Bordeaux à 7h30 pour le dîner ; après le repas petite visite du centre historique de cette belle cité .


Lundi 1° Juin : 9h00 , les nuages sont présents mais la journée sera peut être moins mauvaise que prévu ? On part pour la bastide de Sauveterre en Guyenne par la piste cyclable qui longe la Garonne après le Pont de Pierre . 52km d’ ancienne voie de chemin de fer transformés en piste cyclable ! Il fait frais, bruine pendant 2mn , puis on arrive à Monségur visités par Fabrice, Eric et Claude mais ignoré par le reste du groupe qui file droit. Du coup on se retrouve à 7 devant les champions ; à Duras, super pique-nique devant le château. Nos 3 échappés nous rejoignent , ils auront vu une bastide de plus ! Après le pique-nique, quelques bosses nous montrent qu’on a changé de département : la Dordogne n’est pas loin avec ses collines . Une belle montée près du château de Lanquais, et toujours une température idéale de 20°. On arrive à Lalinde , on franchit la Dordogne et on monte au château de La Finou pour notre installation. On aura parcouru 155km et pour une étape plate 1500m de dénivelé.
.
08groupeBordpontpierre mMardi 2, 9h00 : la journée s’annonce belle et chaude l’après midi ? On part en suivant de haut la Dordogne jusqu’ au cingle de Trémolat ( et oui dans le Sud-Ouest un méandre c’est un cingle). Superbes vues, montées et descentes abruptes mais courtes se succèdent , à Beynac on longe la Dordogne dominés par le Château, ensuite toujours le long de la Dordogne c’est Laroque-Gageac avec ses gabares et ses habitations troglodytes. C’est là qu’on s’arrête boire un coup, manger une barre et faire des photos. Ensuite les bosses et les châteaux s’enchaînent le long de la rivière jusqu’à Souillac où l’on fait un bel arrêt piquenique au bord de la Dordogne et à l’ombre (le soleil devient vaillant ! ). Il est près de 13h, on a un peu lambiné car c’était trop beau ! Après le repas, il ne faut pas rater la route de Rocamadour, ça monte un peu ; arrêt au belvédère pour admirer ce village tout en pente jusqu’au fond du vallon. Pas le temps de visiter les 3 églises ! On va monter sur le Causse de Gramat et après ça devrait aller, mais non c’est pas plat pour aller à Figeac. C’est de la « tôle ondulée ». Je commence à cuire, la crème solaire ne fait plus écran ! Bob est cuit , le midi il n’arrive pas à manger, du coup l’hypoglycémie le guette. Enfin on arrive à Figeac, belle ville où sur la place la bière coule à flot. Super repas au restau tenu par un ancien cuisinier et marathonien de Menton
Bilan : on aura accompli 155km et 1600m de dénivelé. 

Mercredi 3 : 8h30 , On anticipe le départ car la météo prévoit très chaud, d’ailleurs dès le départ au soleil ça cogne. On descend doucement sur Decazeville, à l’entrée un rond-point nous envoie sur la déviation interdite aux vélos, le centre ville n’est même pas fléché ? On demande notre chemin, c’est bon, on traverse l’ancienne cité minière. On continue sur Rodez mais il y a trop de camions, Fabrice propose une déviation (parallèle) qui nous rallonge de 10km ; on y va c’est plus beau et plus calme. On monte à Rodez jusque dans le centre pour admirer l’imposante cathédrale. Il n’y a pas d’alternative, il faut descendre tout ce qu’on a monté, fléchage nul pour les cyclos, on se retrouve toujours sur des routes interdites aux cycles ! Tant pis, on va faire 4km sur la Nationale pour retrouver la D29 qui nous amène à Ségur (après un col à 860m non annoncé) pour un bon pique-nique à l’ombre (mais il est presque 14h !). Après le repas on est reparti pour une partie de Tôle Ondulée et en plus il fait chaud. On descend sur Millau avec des aperçus du viaduc. Belle descente dont on ne profitera guère car Bob crève. Ensuite la fournaise de Millau et la grimpée sur le Plateau du Larzac, 8km à 5/6 % . Il fait chaud mais avec un peu de vent, c’est supportable. Finalement c’est moins dur que ce que je pensais. Bob ne se sent pas de la faire , il préfère monter dans le minibus. Quant à Gilles avec la chaleur, il se fait péter les vaisseaux du nez , en principe pour les cyclistes c’est plutôt les varices ! Arrivée à La Cavalerie à 800m d’altitude la chaleur est présente mais ça va. Après un bon dîner à l’auberge, petite visite de ce village templier très bien conservé. En tout on aura fait 164km et 2000m de dénivelé


Jeudi 4 : 8h30 départ de La Cavalerie. Nous restons sur le Larzac avec ses bossettes , puis une bonne descente nous amène à Nant puis St-Jean de Bruel. Changement de décor dès la sortie du village, ça grimpe dur sur 3 ou 4 km jusqu’au Col de la Pierre Plantée, ensuite c’est le Belvédère et là le parcours prévu part à gauche pour rester sur l’ ubac ; mais voilà je ne grimpe pas assez vite et Fabrice, Eric et Gilles suivent les flèches Mt Aigoual à droite ! Raymond et Gérard n’ont que 50m d’avance, ils nous entendent crier et font demi-tour. On prend donc la route prévue, très vite rejoint par Fabrice qui s’est aperçu de son erreur. Nous avançons bien sur une route peu pentue et à l’ombre. Le minibus suit aussi les panneaux Mt Aigoual et s’aperçoit de l’erreur en rattrapant Gilles . Ghislaine et Viviane le récupèrent et le remettent sur les rails. Eric va trop vite, il arrivera au Mt Aigoual avant nous ! Comme prévu on passe au col de Seyrerède puis l’ Espérou où l’on peut s’arrêter si on est cuit, mais comme on est tous bien , on continue jusqu’au sommet 1561m . Evènement : pas de vent , pas de pluie, ça doit arriver 20 jours par an au Mont Aigoual ! Photo de groupe au sommet , descente à l’Espérou pour manger encore à l’ombre et il est juste midi. A 1300m il fait déjà chaud, qu’est ce que ça va être dans la vallée ? La descente est très sinueuse et longue mais dès qu’on arrive vers 400m d’altitude la chaleur est étouffante. On a beau suivre l’ Hérault, pas de fraîcheur. Les 80km de plat vont être longs ! Et c’est le cas, le Gard est un département chaud ; à St Théodorit Ghislaine retrouve sa petite soeur et son beau-frère, on boit un coup d’eau fraîche à l’ombre et c’est reparti…. A St Geniès Malgoirès, 17h30 ,on aura fait 161km et 2000m de déniv. 

Vendredi 5 : 8h30 départ de St Geniès déjà avec la chaleur pour une étape pleine de carrefours et de changements de direction pour éviter
les grands axes . Après Uzès, Pont du Gard, Beaucaire, à Tarascon on retrouve notre ancien président : Michel Salès avec Hélène. Il est
tôt , on va rouler un peu avant l’arrêt repas. Michel connaît un coin à Maussane Alpilles , il est midi moins dix, mais profitant de l’endroit,
on mange déjà. Il ne nous restera que 70km à faire. Après un bon pique-nique comme d’habitude on repart sous le soleil, le thermomètre
frôle les 39°. Les routes départementales se succèdent avec les croisements pas toujours évidents. Ensuite on arrive au bord de la Durance,
une route au Nord et une au Sud, sur le parcours prévu on doit prendre celle du Sud, mais avec les déviations , les raidillons , la fatigue on ne
roule plus groupés et certains s’égarent… Bon tout le monde arrive à l’ Ibis à Pertuis, la piscine nous tend les bras mais il fait trop chaud
pour moi. Seuls 4 d’entre nous tenteront l’aventure : Jean-Claude, Raymond, Bob et Fabrice. Les autres se reposent pour demain.
C’était l’étape la plus courte : 145km avec 1100m de déniv


Samedi 6 : 7h30 départ car il fait chaud et on nous attend à Villeneuve. Les 25 premiers km sont plats, on roule bien, arrivés à Rians les bosses commencent ; ensuite les villages de l’arrière pays varois arrivent :
Esparron, Varages, Tavernes (avec arrêt ravito) , la côte de Fox Amphoux, Sillans la Cascade , Salernes, Flayosc, Draguignan (et sa fontaine cachée dans le marché), on attaque la montée à la sortie de Draguignan doucement car on craint la suite… Aux 4 chemins de Callas on pique-nique avec en prime des cerises. Il fait très chaud, l’eau du bidon est tout de suite chaude, ça donne pas envie de boire et pourtant… Encore 70km de bosses avant Villeneuve. Aux 4 chemins de Montauroux dernier ravito avant les dernières difficultés. La Colle Noire nous attend , Bob est sur les rotules mais toujours volontaire. Tant bien que mal on arrive tous à Grasse St Jacques, là commence le long faux plat montant à Pré du Lac. Ouf on passe malgré le flot de voitures qui râle parce qu’on se traîne et qu’elles ne peuvent pas rouler ! Dernier arrêt à Pré du Lac, on remplit les bidons. Et on file à Villeneuve où nous attend JP Bulgaridhès , adjoint au sport. Une réception sympa en notre honneur (et oui c’est la fête du sport). On est fatigués, grillés mais heureux. Cette étape aura été la plus longue : 177km avec 1600m de déniv.


En tout 957km et 9800m de dénivelé en 6 jours.

Les 10 heureux pédaleurs :

Jean-Claude COLLART, Bob FOULON, Claude LAMASUTA , Raymond GUILLE, Gilles BAYLE, Jean-Louis PETITE, Gérard SOLE ,
Eric MOTTE , Fabrice GRAS et Alain GRAS
Les 2 super assistantes : Ghislaine et Viviane.
Alain

  • BORDEAUX1

    BORDEAUX1

  • bordeaux2

    bordeaux2

  • bordeaux3

    bordeaux3

  • bordeaux4

    bordeaux4

  • bordeaux5

    bordeaux5

  • bordeaux6

    bordeaux6

  • bordeaux7

    bordeaux7

  • bordeaux8

    bordeaux8

  • bordeaux9

    bordeaux9

     Imprimer